[Statue encadrante de voûte sur la colonne grande - le logo des amis canadiens de l'Eermitage]
Bulletin
Les Amis canadiens de l'Ermitage
The Canadian Friends of the Hermitage
Automne 2001 volume II, numéro 4
ISSN 1497-8865
280, rue Metcalfe, Bureau 400, Ottawa, ON  K2P 1R7   613-236-1116
http://www.hermitagemuseum.ca/
[email protected]

[Saint Petersburg]Lieu où se logent le musée et l'exposition d'art publics les plus importants de la Russie, l'Ermitage figure également parmi les musées les plus notables du monde. Il tient son nom d'un pavillon de plaisance nommé le «Petit Ermitage» , voisin du Palais d'hiver, construit entre 1764 et 1767 à la demande de Catherine la Grande pour y exposer ses trésors. En 1787, il fut intégré dans un nouvel immeuble (l'Ancien Ermitage).

Catherine était une des collectionneuses la plus invétérée qui soit. À sa mort en 1796, il était estimé que les collections impériales comptaient près de 4 000 tableaux.

À compter de 1802, les collections impériales commencent à s'augmenter de tableaux signés par des artistes russes. Un incendie ravage le Palais d'hiver en 1837, et en 1852 Nicolas Ier ouvre les portes du nouvel Ermitage au public.[Ancien Ermitage 1780] Même si Nicolas a vendu au-delà de 1 200 tableaux en 1853, la collection a continué de prendre de l'ampleur et le nombre de tableaux se double entre 1910 et 1932, et ce malgré le vaste nombre de tableaux vendus par les Soviétiques (il y a étatisation des collections impériales après la Révolution russe de 1917.)

La publicité de l'Ermitage déclare que «La peinture occidentale est richement représentée sur le plan de pratiquement toutes les époques et écoles» et «Le musée héberge la plus importante collection au mode d'œuvres hollandaises du XVIIe siècle, et des exemples d'à peu près tous les grands des époques impressionniste et néo-impressionniste de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. »

Après la révolution, la collection s'est agrandie de façon notable avec l'ajout de collections privées qui ont été étatisées.

«Ce musée se veut un vaste répertoire de la culture mondiale et de l'histoire du goût russe,» de déclarer un visiteur.

Toujours selon la publicité du musée, «Pendant plus de 200 ans, le Musée de l'Ermitage a su survivre malgré des guerres, des sièges, des conflits et une révolution. Le fait que les œuvres d'art aient pu supporter ces événements est d'autant plus miraculeux étant donné que pendant la Deuxième Guerre mondiale les tableaux, les porcelaines, les dessins, les pierres précieuses et les meubles d'art ont été assujettis à des conditions qui, selon toute probabilité, auraient détruit cette vaste collection. Pourtant, presque tous les articles ont résisté.

«Le 23 juin 1941, le directeur du musée à l'époque, M. Iosif Orbeli, faisait vider le musée le lendemain de la première invasion d'Hitler B le début du siège de Leningrad. Pendant un marathon qui a duré six jours, le personnel et des bénévoles, dont des artistes et des historiens de Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg), ont emballé au-delà de 1,5 million d'œuvres. On a désencadré les chefs-d'œuvre et laissé les cadres aux murs dans l'espoir de pouvoir plus rapidement réinstaller les tableaux une fois la guerre terminée.


On empaquetait de vingt à soixante petits tableaux dans une caisse, et dans le cas des plus grands on plaçait du papier de soie entre chacun d'eux pour ensuite les rouler, jusqu'à quinze à la fois, sur un rouleau B méthode qui n'aurait jamais été autorisée n'eût été l'urgence de la situation. On a rempli les objets en porcelaine avec du sable ou du liège effrité avant de les enterrer. La statue de Pierre le Grand a été démantelée et le corps, les bras et les jambes en bois ont été empaquetés séparément de la tête, des mains et des pieds faits de cire.

«Transporté dans deux trains à Sverdlovsk, à quelque 1 500 miles de Leningrad, l'élite de la collection de l'Ermitage passe les prochains 900 jours dans le musée de la localité, une église, le Musée antireligieux et la maison où la famille de Nicolas II a rencontré la mort. Des employés du musée ont gardé la collection avec vigilance jour et nuit pour prévenir les incendies ou autres dangers.

«Malgré les dangers auxquels la collection a fait face B le voyage de 1 500 miles en temps de guerre, les bombes, les obus, la glace et les inondations B les œuvres de l'Ermitage, tant celles transportées que celles laissées dans le musée, ont très peu souffert. Le 8 novembre 1944, l'Ermitage ouvrait ses portes pour présenter une exposition des œuvres qui n'avaient pas été évacuées. »


Le Rescol canadien est maintenant lié au site Web du Musée de l'Ermitage
par Judith Parkes

Il s'agit d'un lien électronique qui permet de communiquer de l'information visuelle et textuelle sur le Musée de l'Ermitage et ses collections aux élèves et aux enseignants à travers le Canada. Le gouvernement fédéral (plus précisément Industrie Canada) a financé un site Web, baptisé Rescol canadien, dans le but de fournir aux élèves et aux enseignants des cyberdonnées qui viennent appuyer la formation et la recherche dans plusieurs domaines des programmes d'études. Le site se compose actuellement d'au-delà de 1 000 points de contact que peuvent explorer les responsables des ressources et des services d'éducation. Le projet visait deux buts : lier d'abord toutes les écoles canadiennes (primaires et secondaires) à Internet, et encourager ensuite les élèves et les enseignants à consulter les ressources disponibles dans le cadre de projets, d'examens, de visites virtuelles et de plans de leçon novateurs.

Les Amis canadiens de l'Ermitage ont fait le nécessaire pour faire ajouter au site Web de Rescol de l'information provenant de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg. L'histoire et le contenu ainsi transmis s'avéreront une ressource pédagogique des plus utiles. Ce nouveau lien aidera non seulement à accroître les connaissances des participants dans les domaines de la recherche et de la communication sur Internet, mais aussi à faire mieux connaître aux élèves à travers le pays les trésors de l'Ermitage et, il est à espérer, susciter leur intérêt envers ces chefs-d'œuvre.

L'Ermitage fait donc maintenant partie d'un site Web dont le but est de fournir le meilleur contenu pédagogique sur la toile.
Pour accéder au lien, taper l'adresse http://rescol-schoolnet.ic.gc.ca/f/ pour consulter l'index; choisir ensuite * Site des ressources éducatives de Rescol + et ensuite la page de l'Art.

BULLETIN
Traduction : Crystalcom
Membres du conseil Doris M. Smith (Président), Nancy Scarth (Secrétaire), David Wait (Trésorier), Tamara Galko, Jean-Marie Joly, Paul Marland - Bulletin
Les Amis canadiens de l'Ermitage est un organisme national et bénévole, sans but lucratif, qui mène ses activités sous l'égide financière du numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance de la Fondation canadienne du musée de l'Ermitage, #87879 9865 RR0001



Extrait du Fresh Guide to Saint Petersburg 2001
(http://www.online.ru/sp/fresh/)
Des exemplaires de l'exposé fait par M. J.-M. Joly le 16 juin à la Bibliothèque nationale sur Saint-Pétersbourg et l'Ermitage sont disponibles auprès du bureau national. Chaque exemplaire de vingt pages se vend pour $ 2.

Le centre de la ville regorge de merveilles d'architecture et de culture et de suffisamment de palais, de musées et de lieux d'intérêt pour que même les plus mordus de la culture ne sachent plus où donner de la tête. Bien entendu, l'Ermitage est le nec plus ultra de tout ce qui s'appelle musée à Saint-Pétersbourg et aussi la plus importante attraction touristique de la ville. On y retrouve également de nombreux autres musées consacrés à une variété de sujets. Malheureusement, plusieurs musées moins bien connus ferment leurs portes, faute d'intérêt et de financement dans le cas de certains comme le Musée des Communications ou encore pour des raisons idéologiques (p. ex. le Musée central Lenin et le Musée de l'Histoire de la ligue de jeunes communistes). Nous regrettons d'annoncer à tous les ingénieurs agricoles que le Musée de la Science des sols est en réparation et n'est donc pas ouvert au public. Lorsque nous avons téléphoné au musée pour savoir quand on proposait de le rouvrir, notre interlocuteur s'est esclaffé de rire avant de nous raccrocher au nez.

[Carte]L'Ermitage offre littéralement un choix infinitésimal de choses à voir et il vaut bien la peine de le visiter à plusieurs reprises. Ceux qui tentent de tout voir dans une journée en sortiront complètement abasourdis, les jambes comme du coton à cause de l'immense distance parcourue et la tête remplie d'impressions brouillées de tableaux de Rembrandt, d'armures de cheval du Moyen Âge et de momies égyptiennes.

La splendeur incroyable de l'intérieur et de l'extérieur des immeubles du musée vient davantage souligner l'atmosphère renversante de cet établissement qui incarne la définition de musée : façades ornées à l'allure royale; immenses salles décorées de fresques; planchers de bois, de marbre et de mosaïque; statuettes et figurines; et meubles anciens dispersés ça et là comme des sacs de pommes de terre pendant la récolte, le tout d'une ampleur étourdissante.

Il peut être difficile de se retrouver dans l'Ermitage. S'il faut fermer certaines sections, les responsables tâchent généralement de permettre au public de voir les œuvres les plus populaires, comme l'art européen du XVe au XXe siècles, au détriment des expositions moins célèbres comme les tertres funéraires de Solokha et Chertomlik. Le moyen le plus certain de trouver ce qu'on cherche est de demander à un des superviseurs qui gardent les salles. Ils ne parlent pas le français, mais il suffit de dire le nom de l'artiste pour que l'un d'eux vous indique le chemin.


Nos autres Amis
Le 22 octobre 1996, le directeur du Musée de l'Ermitage, M. Mikhail Piotrovski, annonçait l'idée de mettre sur pied une société locale des Amis à Saint-Pétersbourg B une première en Russie. «Depuis 1997, le Club des Amis de l'Ermitage réussit très bien à marier les particuliers et les entreprises sur le plan des adhésions +, lit-on dans le communiqué de presse.

L'organisme des Amis de l'Ermitage aux Pays-Bas a vu le jour en 1994. Un nouveau toit et un nouvel éclairage pour la salle Rembrandt en 1998, ainsi que les mêmes rénovations pour la salle des maîtres hollandais en 2000 sont le fruit de ses campagnes de financement les plus importantes. Ces projets, d'une valeur d'un million de dollars américains chacun, ont permis à l'Ermitage de réparer le toit de chacune de ces salles, de voir à leur restauration et d'y installer du nouvel éclairage.

L'amicale américaine, American Friends of the State Hermitage Museum, a été fondée en 1995. Elle parraine des levées de fonds et des programmes de sensibilisation du public aux États-Unis à l'appui du Musée de l'Ermitage. Les jeudis de l'Ermitage (rencontres avec les conservateurs de l'Ermitage), une conférence annuelle donnée par le professeur Piotrovski à New York et des dîners et des réceptions de financement figurent parmi ses activités. Cette amicale organise également des voyages à Saint-Pétersbourg mettant en vedette les programmes spéciaux du lundi à l'Ermitage. Les sommes réunies sont destinées aux projets de développement de l'Ermitage, comme du matériel pour le laboratoire photographique, la restauration des salles de l'immeuble de l'état-major général et des projets de peinture et de restauration.

Un nouveau projet pluri-annuel a été amorcé à l'Ermitage en vue de publier un livre illustré sur l'histoire de la culture mondiale à travers la collection de l'Ermitage. Ce livre servira de manuel pédagogique, de guide du musée et de guide des ressources du musée sur Internet. Le projet prévoit la traduction du livre vers le français et l'anglais.

Exposition du Musée des beaux-arts de l'Ontario au Musée de l'Ermitage en Russie

Le 9 juillet la ministre du Patrimoine canadien, Mme Sheila Copps, annonçait qu'une importante exposition d'art canadien sera présentée au Musée de l'Ermitage en Russie en 2002.

L'exposition du Musée des beaux-arts de l'Ontario, intitulée «Land of Promise: The North in Canadian Art» fait partie d'un programme d'échange permanent appuyé en partie par le Programme d'expositions itinérantes du Canada.

«Cette exposition du Musée des beaux-arts de l'Ontario comptera des tableaux extraordinaires par le Groupe des Sept, de l'art inuit et des œuvres avant-gardistes d'artistes canadiens contemporains. Ce sera la toute première fois que des œuvres historiques, inuites et contemporaines seront montrées ensemble à l'extérieur du Canada,» de dire Mme Copps.

L'exposition vient compléter celle du Musée des beaux-arts de l'Ontario sur les trésors de l'Ermitage et Rubens et son époque qui a eu lieu du 5 mai au 12 août 2001. Le Musée des beaux-arts de l'Ontario était le seul endroit où installer cette exposition mettant en montre des tableaux de vieux maîtres, des dessins et des exemples d'art décoratif qui font partie des trésors de l'Ermitage. Cette exposition marquait la première fois que le Musée de l'Ermitage créait une exposition exclusivement pour un public canadien.

«Un échange de cette importance entre ces deux musées démontre très bien comment nos deux pays peuvent unir leurs efforts pour faire en sorte que les Canadiens et les Russes puissent voir les meilleures œuvres du monde, » d'ajouter Mme Copps.


Nouvelles des Amis d'Ottawa
Une nouvelle série de conférences pour l'automne :
« IMAGES » (en anglais)
Entamez la saison avec une série de conférences le samedi matin sur la connaissance des arts! Par suite de la série de Claude Dupuis l'an dernier, qui a d'ailleurs été très réussie, nous avons légèrement modifié le format afin de vous présenter cinq conférenciers, chacun spécialiste de son domaine Vous ne manquerez pas d'en être enchantés.

Comme toujours, les conférences ont un lien à l'Ermitage — beaucoup des oeuvres que vous découvrirez font partie des collections de l'Ermitage. Tous les artistes que vous «rencontrerez» sont représentés à Saint-Pétersbourg.

La série débutera le 29 septembre avec un exposé sur l'âge d'or de la peinture hollandaise, présenté par Mary Nash, une des guides-interprètes du Musée des beaux-arts du Canada. Ses origines hollandaises l'ont menée à étudier l'art hollandais en profondeur.

Le 13 octobre, la conservatrice de l'art européen du Musée des beaux-arts de l'Ontario, Christina Corsiglia, viendra à Ottawa pour parler des superbes collections d'art décoratif qu'a accumulées l'impératrice Catherine la Grande.

Ensuite, le 27 octobre, Ruth Wilson, guide-interprète du Musée des beaux-arts du Canada, fera un exposé guidé au musée même sur Lorenzo Lotto et Chardin, deux artistes don't des oeuvres majeures sont exposées au Musée d'Êtat de l'Ermitage. Vous y verrez des réelles oeuvres d'art et non des diapositives.

Le 10 novembre, Agnes Beckett, guide-interprète du Musée des beaux-arts du Canada, nous parlera des icones en tant qu'images très spéciales qui symbolisent l'expérience religieuse la plus profonde. Agnes a étudié l'évolution des icones et nous fera part de ses impressions.

Sept jours plus tard, soit le 17 novembre, Rina Wright, une guide-interprète réputée pour ses exposés des plus vivants et ingénieux, abordera les oeuvres d'un des grands maîtres du XXe siécle, Matisse. Nous espérons que le célèbre tableau de Matisse, intitulé «La Danse», fera partie de la collection d'art impressionniste et postimpressionniste qui sera exposée par l'Ermitage à Toronto et à Montréal en 2002 - 2003.

Toutes les conférences auront lieu à 11 h 00 le samedi matin à la Bibliothèque nationale, à l'exception de celle du 27 octobre qui se déroulera au Musée des beaux-arts du Canada.

Coût :

Le nombre de places est restraint. Pour commander des billets pour la série au complet ou pour une conférence individuelle, communiquer avec notre bureau au 236-1116.
Le mardi 4 décembre. - Inscrivez cette date dans votre agenda!!!
C'est le jour où nous fêterons la Journée de l'Ermitage avec un dîner convivial au Chelsea Club. L'an dernier, toutes les places pour le dîner qui s'est déroulé au restaurant Amber Garden ont été vendues, donc ne tardez pas à réserver vos billet.
Cette année, nous pourrons bavarder et faire connaissance pendant la réception qui aura lieu avant notre repas appétissant. Comme l'année dernière, le menu sera axé sur un thème russe. Il y aura également des prix de présence et une vente aux enchères par écrit.
Le Chelsea Club a l'avantage d'être situé à l'angle des rues Metcalfe et Somerset. Les billets sont offerts au prix de 45 $ par membre ou pour un invité et de 55 $ pour chaque non-membre. Pour réserver vos billets et vos tables, communiquez avec notre bureau au 236-1116.



Nouvelles des Amis de Toronto
par Joan McNabb, Présidente

Vous êtes tous invités à passer nous voir dans notre bureau situé au site patrimonial de la maison George Brown au 50, rue Baldwin à Toronto (Ontario) M5T 1L4. Prière de nous téléphoner à l'avance au (416) 979-0932 ou par courriel à [email protected]

L'exposition sur Rubens et son époque, qui s'est déroulée pendant tout l'été au Musée des beaux-arts de l'Ontario, était d'une telle beauté que de nombreux nouveaux Amis enthousiasmés se sont joints aux Amis de Toronto. Nous ferons parvenir un questionnaire aux membres ce mois-ci. Nous vous prions de prendre le temps de le remplir et de nous faire part de vos commentaires et suggestions. Le questionnaire sera accompagné du programme des activités indiquant où auront lieu les conférences d'hiver

Programme des activités d'automne
Nous avons planifié trois conférences le soir et un événement spécial pour chaque saison, toujours axés sur l'Ermitage ou la Russie. Chaque conférence débutera à 19 h 00 après une réception qui commencera à 18 h 15.

Nous entamons la saison le 19 septembre avec un discours illustré prononcé par Christine Corsiglia, conservatrice de l'art européen au Musée des beaux-arts de l'Ontario. Son discours sur le Musée de l'Ermitage comme patronage royal et architectural des arts présentera l'histoire du Musée de l'Ermitage à partir de son extérieur, en commençant par un aperçu des diverses campagnes de construction pendant les XVIIIe et XIXe siècles à mesure que le musée se répandait le long de la Neva avec le concours d'une succession d'architectes européens.

La conservatrice fera également un examen approfondi de l'intérieur de cette série d'immeubles remarquable et se penchera sur l'aspect actuel des salles. La conférence aura lieu au Pavillon Jackman du Musée des beaux-arts de l'Ontario.

Le 18 octobre, le professeur Kenneth Bartlett, du programme des études de la Renaissance de l'Université de Toronto, nous parlera de la découverte récente de deux tableaux de la Renaissance. Cette conférence aura lieu au Town Hall du collège Innis de l'Université de Toronto.

Le 5 novembre, Robert Kaszanits fera une conférence au Munk Centre for International Studies de l'Université de Toronto.

La saison d'hiver (les dates et les endroits seront indiqués dans le prochain Bulletin).
En janvier, Son Excellence Anne Leahy, ancienne ambassadrice du Canada en Russie, nous parlera de l'Ermitage et de sa place dans la Russie du XXIe siècle.

En février, M. Dennis Reid, conservateur en chef du Musée des beaux-arts de l'Ontario, nous décrira l'exposition d'art canadien qui voyagera de son musée à l'Ermitage en juin 2000.

En mars, M. Michael Parke-Taylor, conservateur associé de l'art européen au Musée des beaux-arts de l'Ontario, nous parlera de l'exposition d'art impressionniste et néo-impressionniste qui se rendra de l'Ermitage aux villes de Toronto et de Montréal à l'automne 2002.


Fêtez la Journée de l'Ermitage le 5 décembre à 18 h 30 à l'occasion d'un dîner russe traditionnel au Badminton and Racket Club au 25, avenue St. Clair Ouest. Profitez de l'occasion de rencontrer d'autres Amis de l'Ermitage et de savourer une variété de plats russes dans une ambiance de fête. Prière de nous téléphoner au (416) 970-0932


Le 16 mai, l'orchestre symphonique de Toronto présentera un programme composé entièrement d'œuvres russes au Massey Hall, mettant en vedette le chef d'orchestre, M. Gennadi Rozhdestvanski et la pianiste Mme Viktoria Postnikova. On y entendra de la musique de Rimski-Korsakov, Schnittke et Rachmaninov. Les Amis de l'Ermitage auront droit à des tarifs spéciaux et à une réception après le concert pour rencontrer les artistes.


indice